La connaissance du fonctionnement relationnel, un outil puissant!

Au sujet de la création de relations satisfaisantes avec soi-même et l’autre, je trouve très important d’apprendre à cerner son fonctionnement relationnel. Au cours de ma formation pour devenir thérapeute relationnelle auprès de couples et dyades, au Centre de relation d’aide de Montréal, j’ai vraiment pu saisir l’importance et la force de cet outil. Heureusement, la vaste majorité des gens ont la capacité de développer cette habilité en faisant appel à leur intelligence rationnelle. Cependant, cela demande que la personne fasse le choix de se servir de sa connaissance de soi pour arriver à mieux agir dans une relation, plutôt que de servir de son intelligence rationnelle pour se défendre des émotions désagréables déclenchées par la relation. Dans cet article, toujours en mettant l’accent sur la valorisation de l’individu, je vais démontrer comment le thérapeute en relation d’aide peut, avec ses connaissances du fonctionnement relationnel, amener ses clients à reprendre leur pouvoir sur leur vie. Avec l’ANDC, en faisant des prises de conscience, la personne traverse le processus de changement créateur de Colette Portelance et arrive à faire des choix qui lui sont bénéfiques.

On parle de fonctionnement insatisfaisant lorsque la personne adopte un comportement inapproprié à une situation présente, à la suite d’un déclencheur. La conscience de notre fonctionnement, et surtout du déclencheur à une situation insatisfaisante, est le point de départ vers un mieux-être, car elle est le début d’une possibilité d’agir différemment. Évidemment, changer de mode de fonctionnement demande du temps, de la persévérance, de l’amour de soi, de la constance et un effort conscient. Un fonctionnement se crée dans une relation et se modifie dans la relation. J’aimerais vous donner un exemple tiré de ma pratique, celui d’un client qui a commencé à changer de fonctionnement.

Disons que ce client s’appelle Paul. Paul vit de la souffrance dans sa relation avec sa fille. Il croit que pour être aimé, il doit donner sans aucune limite. Ainsi, lorsque sa fille lui téléphone pour obtenir de l’argent, parce qu’elle a des problèmes de jeu et de consommation d’alcool, il acquiesce à ses demandes dans le but de ne pas perdre son amour. À plusieurs reprises, il a payé les dettes de sa fille et l’a aidée à se trouver un logement. Comme il a l’habitude de tenir ses finances à l’ordre, il vit de l’anxiété sur le plan financier. De plus, les appels quotidiens de sa fille au sujet de ses difficultés lui causent beaucoup de stress, au point de nuire à son sommeil et d’affecter sa santé physique.

Dans mon bureau, il a pris conscience de tous les malaises qu’il vit dans sa relation avec sa fille et de son impuissance à l’aider à changer. La thérapie lui a permis de comprendre qu’il avait une peur immense de perdre sa fille, par suicide, s’il lui mettait des limites. Au fil du temps, Paul a saisi que son fonctionnement, c’est-à-dire sa volonté de sauver sa fille par peur de la perdre, entraînait ses problèmes de santé parce qu’il n’était pas à l’écoute de ses propres besoins et limites. Cette prise de conscience lui a permis de trouver comment commencer à transformer cette relation insatisfaisante pour arriver à se respecter lui-même. Son premier geste a été de ne plus lui prêter d’argent. Il a informé sa fille par écrit qu’il souhaitait prendre ses distances le temps de prendre soin de sa santé. Cette façon de communiquer lui permettait de se donner la chance de lui transmettre son message jusqu’au bout. Il a rassuré sa fille en lui exprimant son amour et en lui disant qu’il devait faire de lui-même sa priorité.

Mes interventions ont mis en lumière à quel point il souffre de ne pas se donner ce dont il a besoin. Paul a un grand besoin d’amour. J’aimerais vous décrire un moment important qui s’est produit à notre dernière rencontre, car cela démontre que Paul arrive maintenant à satisfaire son besoin d’amour. En ouvrant son cœur, il est arrivé à répondre à son besoin d’amour. Il a remplacé son mode de fonctionnement qui le rend malheureux par un fonctionnement où il se sent beaucoup mieux, car il répond à son besoin d’amour.

Au cours de notre dernière rencontre, je me suis sentie touchée quand il m’a dit en pleurant qu’il avait tellement manqué d’amour dans sa vie et qu’en fait, il manquait d’amour depuis cinquante ans. Ce qui m’a le plus émue, c’est de le voir capable d’ouvrir son cœur à ce moment-ci et de se donner ainsi ce dont il a besoin. Il arrive maintenant à s’aimer. Je me sens heureuse, car en ayant le cœur ouvert, il devient également possible pour lui de recevoir mon amour sincère pour lui. Paul a réussi à honorer son manque d’amour. Je ressens toujours une grande émotion de voir une personne se donner de la valeur. En effet, comme la valorisation de la personne est ma spécialité, le sujet me tient beaucoup à cœur.

Je me sens dans la gratitude d’exercer ce métier. Je ressens de la reconnaissance envers la fondatrice du Centre de relation d’aide de Montréal, Madame Colette Portelance.

Dénouer un fonctionnement relationnel insatisfaisant se fait fil par fil, comme une balle de laine entremêlée qu’il faut démêler avant de pouvoir tricoter Je m’adresse à vous, chers lecteurs. En particulier, ceux qui vivent en ce moment une situation difficile avec un être cher. Sachez d’abord que j’ai de la compassion si vous vous sentez prisonnier d’une situation semblable. Peut-être vous sentez-vous seul, démuni et impuissant? Je vous suggère de trouver sans tarder une ressource et un point d’appui qui sont à votre portée, ici et maintenant, pour vous aider à faire un petit pas vers la lumière. Une ressource extérieure peut être une personne [ami, membre de la famille, voisin, thérapeute, etc.], vos connaissances [livre, film, Internet] ou l’argent que vous avez. Une ressource intérieure peut être votre résilience, votre patience, votre détermination, votre courage. À partir de cette ressource, que pouvez-vous faire concrètement pour amorcer un changement ou prendre une nouvelle direction? Comme dans l’exemple précédent, s’agit-il de prendre du recul, de prendre soin de vous ou de répondre à un besoin d’exprimer votre vécu dans une relation, avec une personne de confiance? Avez-vous besoin de réaffirmer une limite vis-à-vis quelqu’un? Je vous souhaite bon courage dans votre quête vers le mieux-être.

2 réflexions au sujet de “La connaissance du fonctionnement relationnel, un outil puissant!”

  1. Je vais me servir de plusieurs mots de vos écrits dans mon enseignement, formation des professionnels qui s’occupent des personnes en situation de polyhandicap et de surhandicap.
    Plusieurs thématiques
    Observations, apprivoisement, familiarisation, relation d’aide personnalisée…adaptation à la relation, mesure et dosage de stimulation sensorielle….

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *